Alexandre Persitz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Période d'activité
Autres informations
A travaillé pour
Partenaire
Archives conservées par
Œuvres principales

Alexandre Persitz est un architecte français né à Moscou en et mort à Paris en .

Il fait partie du mouvement moderne.

Biographie

Né à Moscou[2], Alexandre Persitz, juif originaire de Russie, est bientôt chassé par l'arrivée au pouvoir des bolcheviks et se réfugie à Paris en 1919. Il devient élève de l'École technique supérieure de Berlin. Il se marie en 1941 avec Hélène (née le à Daugavpils, en Lettonie).

Carte d'enregistrement d'Alexandre Persitz en tant que prisonnier dans le camp de concentration de Dachau.
Carte d'enregistrement d'Alexandre Persitz en tant que prisonnier dans le camp de concentration de Dachau.

En 1933, il doit interrompre ses études d'architecture à Berlin et s'installe à Paris. Il obtient son diplôme et sort major de sa promotion à l'école spéciale d'architecture. Apatride, il effectue son service militaire en 1938 dans l'armée française à Rennes pour obtenir la nationalité française. Prisonnier de guerre sur le front belge en 1940, il est libéré sanitaire par la Croix-Rouge en 1941 et rejoint sa future épouse en zone libre à Nice. À la suite d'une dénonciation, il est arrêté par la Gestapo avec son épouse le . Envoyés à Drancy puis déportés à Auschwitz par le convoi no 71 du , il est évacué à Oranienburg-Sachsenhausen en , puis à Dachau. Évadé d'un convoi durant un bombardement allié, il est libéré par les Américains le [3].

À la Libération, il travaille avec Auguste Perret à la reconstruction du port du Havre. Après 1947, avec son partenaire architecte Arthur-Georges Héaume, il ouvre un cabinet d'architecture à Paris.

Associés de 1947 jusqu'à la mort de Persitz en 1975, ils réalisent une grande variété de programmes (édifices publics, église, synagogue, aéroport, etc.), notamment le mémorial du Martyr juif inconnu à Paris 4e (1956); ils se concentrent particulièrement sur des projets de logements sociaux (notamment pour l'Office central interprofessionnel du logement) et de promotion privée de résidences ou de bureaux (en particulier pour le cabinet John Arthur et Tiffen), en région parisienne.

Il est le rédacteur en chef de la revue L'Architecture d'aujourd'hui (1949-1965) et a écrit beaucoup d'articles sur l'architecture contemporaine[2].

Œuvres architecturales

Publications

Notes et références

  1. « https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_HEAAR » (consulté le )
  2. a et b Encyclopédie Judaica, The Gale Group, 2008.
  3. Le Monde, 11 juillet 2005[réf. incomplète].
  4. Le béton assemblé, Formes et figures de la préfabrication en France, 1947-1952, Yvan Delemontey.
  5. Avant-projet de construction du tombeau du martyr juif inconnu, 1952.
  6. « Collège Joseph-Bara (extension) », sur PSS-Archi (consulté le )..
  7. Notice no EA75000003, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Notice no EA75000017, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Le Méridien », sur PSS-Archi (consulté le )..
  10. « Tour Diamant », sur PSS-Archi (consulté le )..
  11. « Tour Émeraude », sur PSS-Archi (consulté le )..
  12. « Tour Nova », sur PSS-Archi (consulté le )..