Cet article est une ébauche concernant un avocat et un journaliste tunisien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Alfred Valensi
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Protectorat français de Tunisie (depuis le )
Beylicat de Tunis (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités

Alfred Valensi (hébreu : אלפרד ואלנסי), né le à Tunis et décédé en à Auschwitz, est un avocat et journaliste tunisien issu de la communauté juive.

Impliqué dans les premières formes du mouvement sioniste tunisien, il est le fondateur du mouvement Agoudat Tsion. Il est aussi le premier président de la Histadrout tunisienne de 1920 à 1925. De ce fait, il est considéré comme l'un des principaux contributeurs du sionisme en Tunisie.

Biographie

Après des études au lycée français de Tunis[Lequel ?], il part étudier le droit à l'université de Montpellier. C'est en France qu'il commence à fréquenter les milieux sionistes, notamment Joshua Buchmil et Max Nordau. Il rentre à Tunis en 1905 et fonde l'Agoudat Tsion, premier mouvement sioniste tunisien.

En 1920, il participe à la fondation de la Histadrout tunisienne, avec Joseph Brami.

Il s'installe à Paris en 1926, et devient un proche de Vladimir Jabotinsky et du mouvement sioniste révisionniste.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est incarcéré par la police de Vichy et déporté par le convoi no 53, en date du , de Drancy vers le centre d'extermination de Sobibór. Sa dernière adresse est au 6 square Henri-Delormel dans le 14e arrondissement de Paris[1]. Il meurt dans le courant de l'année 1944.

Publications

Bibliographie

Notes et références