Daniel Farhi
Image dans Infobox.
Daniel Farhi en 2008.
Fonction
Rabbin
Union libérale israélite de France
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Daniel Édouard FarhiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Enfant
Autres informations
Religion
Distinctions

Daniel Farhi est un rabbin libéral français né le à Paris et mort le à Nice.

Biographie

Ses parents Samuel et Estréa Farhi sont originaires d’Izmir (Smyrne) en Turquie[1].

Pendant la guerre, il est caché avec sa jeune sœur Françoise par une famille protestante de Besançon, Georges et Juliette Allenbach, qui ont été nommés Justes parmi les nations par l’État d’Israël[1].

Il reçoit sa semikha (ordination rabbinique) en février 1966, au séminaire rabbinique (réformé) de la rue Servandoni à Paris des mains du rabbin Solomon B. Freehof.

Le rabbin Daniel Farhi à l’union libérale israélite de France
Le rabbin Daniel Farhi à l’union libérale israélite de France

Il est rabbin de l’Union libérale israélite de France de 1967 à 1977[1], succédant ainsi au rabbin André Zaoui dont il est le disciple.

Le 2 juin 1977, il fonde le Mouvement juif libéral de France (MJLF), avec le président Roger Benarosh et Colette Kessler directrice de l'enseignement, puis en février 1981, il crée la revue Tenou'a, qui est tout à la fois une revue communautaire et une revue de pensée juive libérale[1].

Daniel Farhi défend l’idée qu'il y a des points où la loi juive (Halakha) doit continuer à être modifiée, en attendant le retour éventuel du sanhédrin (tribunal de rabbins), pour pouvoir être applicable dans le monde moderne et ainsi perdurer.

Il est actif dans le dialogue avec chrétiens et musulmans.

Il œuvre pour la défense de la mémoire de la Shoah. Ami de Serge Klarsfeld et de sa femme Beate, il milite avec eux depuis 1975 au sein de l’Association des fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF). Ils furent arrêtés et emprisonnés en Allemagne pour avoir tenté d’obtenir le jugement des criminels nazis. Il a organisé huit pèlerinages à Auschwitz.

Il a initié et instauré depuis 1990, une lecture publique de 24 heures des noms des déportés juifs de France, à partir du mémorial de la déportation des juifs de France de Serge Klarsfeld[1].

Il est membre du comité de parrainage de l’association La paix maintenant.

Depuis janvier 2010, il crée et anime le Centre Culturel Judéo-Espagnol/Al Syete (CCJE), association fédérant différentes associations judéo-espagnoles existantes, et dont l'objet est la sauvegarde et la transmission de la culture et des traditions des judéo-espagnols à Paris[1].

En 2012, à la suite d'une plainte, Daniel Farhi est mis en examen pour une agression sexuelle sur une mineure commise en 1990[2],[3]. En 2015, l'affaire judiciaire se termine avec un non-lieu[4].

Marié et père de trois enfants, dont le rabbin Gabriel Farhi[1], le rabbin Daniel Farhi meurt à Nice à l'âge de 79 ans le 23 août 2021[1],[5].

Distinctions

Daniel Farhi est chevalier dans l’ordre national du Mérite depuis 1988, distinction remise par Elie Wiesel, ancien déporté et prix Nobel de la paix[1].

Il est également chevalier de la Légion d’honneur depuis 1993 distinction remise par Simone Veil, ancienne déportée et ministre[1].

Le 1er janvier 2012, il est promu officier de la Légion d'honneur, sur la réserve particulière du président de la République. Le 6 mai 2015, les insignes d'officier de la Légion d'honneur lui sont remis par Serge Klarsfeld au cours d'une cérémonie tenue au Mémorial de la Shoah[6].

Publications

Livres de prières
Essais
Livre d’entretiens

Notes et références

  1. a b c d e f g h i et j Par Times of Israel Staff, « Décès du rabbin Daniel Farhi, fondateur du Mouvement juif libéral de France », sur fr.timesofisrael.com (consulté le )
  2. « Le rabbin Farhi mis en examen pour agression sexuelle », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Le rabbin Farhi mis en examen pour agression sexuelle », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Décès du rabbin Daniel Farhi, figure du judaïsme libéral en France », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Compte Twitter de Daniel Farhi, « Un monde sans lui… », sur Twitter (consulté le )
  6. « Le Rabbin Daniel Farhi Officier dans l' Ordre de la Légion d'Honneur » (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes