Cet article est une ébauche concernant la culture juive ou le judaïsme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Emmanuel Racine
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
IsraëlVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Autres informations
Distinctions

Emmanuel Racine dit Mola (, Moscou- 4 ou en Israël[1]) est le frère des résistantes Mila et Sacha Racine membres du MJS. Ses sœurs et lui, conjointement avec Georges Loinger, parviennent à faire passer des centaines d'enfants juifs entre la Haute-Savoie et la Suisse.

Éléments biographiques

Famille

Emmanuel est le fils aîné de Georges et Berthe (Bassia) Hirsch dont le patronyme francisé devient Racine. Il est né le , à Moscou, en Russie. Il a deux sœurs, Mila sa cadette et Sacha la benjamine.

En 1926, la famille, fuyant le régime bolchevique, s'installe à Paris. Lors de la défaite de 1940, elle se réfugie à Toulouse et s'établit peu après à Luchon[2].

Résistance

En 1941, à l'initiative de David Knout, il intègre le mouvement de résistance juif La Main Forte qui deviendra l'Armée Juive.

En 1942, il est membre du réseau de récupération et d'évasion Bourgogne qui est coordonné au BCRA[3].

Fin juillet 1943, un réseau est créé dans l'urgence afin de faire passer de Haute-Savoie en Suisse le plus d'enfants juifs qu'il se peut. Tony Gryn et Mola du MJS ainsi que Georges Loinger du réseau Garel en sont les initiateurs[4]. Les deux sœurs, Mila et Sacha Racine ainsi que son futur époux Maurice Maidenberg, tous membres du MJS sont activement engagés dans ce réseau[5],[6],[7],[8].

Bibliographie

Distinctions

Notes et références

  1. Emmanuel Racine sur Myheritage
  2. Site de Yad Vashem.
  3. Site Mémoire des Hommes.
  4. Site de Yad Vashem.
  5. Site ajpn.
  6. Voir, Les femmes dans la Résistance : Mila Racine, Marianne Cohn, Haviva Reik, Hannah Senesh. Cercle Bernard-Lazare-Grenoble.
  7. Voir, Emmanuel Racine. Oral history interview. United States Holocaust Memorial Museum, 2005. En français.
  8. Voir, Georges Loinger. Souvenirs d'un combattant, prisonnier évadé, au service du sauvetage des enfants jyuifs.
  9. Voir, (en) Mordechai Paltiel. The Path of the Righteous: Gentile Rescuers of Jews During the Holocaust, 1993, p. 53.
  10. Voir,(en) Lucien Lazare. Rescue as Resistance: How Jewish Organizations Fought the Holocaust in France, 1996, p. xii.
  11. Voir, (en) Susan Zuccotti. The Holocaust, the French and the Jews, 1999, p. 254.
  12. Voir, (en) Alice Resch Synnestvedt & Aase Ingerslev. Over the Higher Mountains: A Memoir of Unexpected Heroism in France During World War II, 2005, p. 250.
  13. Voir, (en) Vivette Samuel. Rescuing the Children: A Holocaust Memoir, 2013, p. 124.
  14. Citation à l'Ordre du Corps d'Armée le 2 mars 1948. « À toujours fait preuve d'une activité inlassable et d'un très grand dévouement pour la cause de la Résistance. Animé par un idéal, d'un profond désintéressement et d'un très grand courage, a sauvé des centaines de vies humaines. S'est exposé à plusieurs reprises pour obtenir des renseignements précieux sur les dispositifs militaires ennemis. »
  15. Voir, Protocole. JORF no 163 du 14 juillet 1995, page 10547. Au titre de président d'une association de Français expatriés (Israël).