Georges Snyders
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Conflit
Distinctions

Georges Snyders est un philosophe et chercheur français en sciences de l'éducation, né le dans le 9e arrondissement de Paris et mort le dans le 19e arrondissement de Paris.

Auteur de nombreux travaux en pédagogie, le fil conducteur de son œuvre peut tenir en une phrase qui fait le titre du dernier ouvrage qu'il a publié : j'ai voulu qu'apprendre soit une joie. Cet engagement ontologique allait de pair avec une pensée politique qui l'a amené, dès la Libération et non sans débats au regard de l'Histoire, au communisme.

Biographie

Enfance et formation

Georges Snyders naît le dans le 9e arrondissement de Paris[1], fils de Moïse Snyders dit Maurice (1886-?), courtier en diamants pour des maisons d'Amsterdam et d'Anvers[2] et d'Élisabeth Mullen. Ses parents, néerlandais, sont en France depuis 1910 ; son père[3] est passionné de musique.

Georges Snyders entre à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en 1937.

Seconde Guerre mondiale

En 1939, la Seconde Guerre mondiale fait de Georges Snyders un aspirant dans l'artillerie.

Puis c'est la débâcle militaire, il se réfugie à Agen et vit en donnant des leçons particulières, puis part sur Lyon, où il obtient une bourse à l'école normale mais ne peut pas continuer ses études du fait de sa condition de juif, sur Lyon, avec un ami alsacien il entre dans la Résistance, et fait de faux papiers pour les gens, très nombreux, qui en avaient besoin.

Déportation

Georges Snyders est arrêté en 1944 à Lyon, interné à la prison Montluc, puis transféré au camp de Drancy[4] et déporté au camp d'Auschwitz, par le convoi no 76, en date du , sa dernière adresse est au 26 rue Vitton à Lyon[5].

Retour en France

Georges Snyders est libéré par les Soviétiques et rentre en France en prenant le bateau à Odessa pour arriver à Marseille.

Il reprend ses études à l'École normale supérieure et prépare l'agrégation avec Althusser.

Il se marie avec Annette Zélie Strauss (1924-2003)[6] ; ils ont ensuite trois enfants, Nicole, Jean-Claude Snyders et Hélène.

Après Auschwitz

La survie à l'univers concentrationnaire, survie aléatoire, et traumatisante, la difficulté à transmettre ce que Georges Snyders pense indicible, engendrent pour lui comme pour la plupart des survivants à la déportation un enfouissement dans la mémoire individuelle et un engagement politique[7]. Le cortège dramatique des "brûlures de l'histoire"[8] le fait adhérer au Parti communiste français[9]. Georges Snyders, toutefois n'a pas participé en tant qu'intellectuel communiste, à la revue La Nouvelle critique à laquelle nombre de ses pairs ont contribué entre 1948 et 1980[10]. Son terrain fut essentiellement professionnel. Ayant repris les études en 1946, agrégé de philosophie, enseignant à l'Université (Nancy, puis Paris V), il se spécialise dans les sciences de l'éducation.
La mémoire concentrationnaire, quant à elle, ressurgit de la chappe de silence où il la tenait. Face aux interrogations de ses proches, il accorde un entretien au journal Le Monde (daté des 22-) à l'occasion du 50e anniversaire de la libération d'Auschwitz et il livre en 1996, un entretien publié dans L'Humanité[11] où le dialogue avec son fils permet de mesurer le traumatisme que cette mémoire absente pouvait avoir engendré[12].

Le pédagogue et le chercheur

Georges Snyders devient une référence dans le domaine des sciences de l'éducation, traçant un sillon qu'il définit ainsi[13] :

Mort

Georges Snyders meurt dans le 19e arrondissement de Paris, âgé de 94 ans[1].

Distinctions

Georges Snyders est nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur, décoré de la croix de guerre 1939-1945 et de la médaille de la Résistance française[14].

Publications

Articles parus dans les journaux

Articles sur, de ou avec Georges Snyders, parus dans le journal L'Humanité :

Notes et références

  1. a et b « Fichier INSEE des décès », sur deces.matchid.io (consulté le ).
  2. « Les déportés de la Sarthe - Snyders Moïse dit Maurice », sur lesdeportesdesarthe.wordpress.com (consulté le ).
  3. L'Humanité, rubrique "L'invité de l'Humanité", Georges Snyders savant en éducation, article de Arnaud Spire, 29 juin 1981, (pleine) page 8. L'essentiel des renseignements biographiques sur Georges Snyders provient de cet article, ainsi que de trois autres parus depuis cette date dans le même journal, récapitulés en "Sources".
  4. Notice nécrologique « Georges Snyders, pédagogue de la joie et de l'exigence, est mort à 94 ans », Le Monde.fr, 28 septembre 2011.
  5. Voir, Klarsfeld, 2012.
  6. « Fichier INSEE des décès Annette Strauss », sur deces.matchid.io (consulté le ).
  7. Voir en lien externe no 2 ce qu'il dit de son "expérience d'Auschwitz".
  8. Pour reprendre le titre d'une défunte émission télévisuelle historique
  9. Il quitte le PCF après l'écrasement de la Révolution hongroise de 1956 et ne reprend sa carte, qu'en 1973, "après un bonne dizaine de réflexion", selon les termes de A. Spire. D'autres disent 1974. Le , il était célébré au siège du Parti communiste français. Cf. L'Humanité du 28 septembre 2011, l'hommage de Pierre Laurent, secrétaire général du Parti communiste
  10. Cf. Frédérique Matonti, Intellectuels communistes, éditions La Découverte, Paris, 2005. Une seule occurrence est relevée concernant G. Snyders, sans rapport avec la Revue.
  11. Voir la référence infra, dans la liste des articles publiés par L'Humanité.
  12. Voir Jean-Claude Snyders, écrivain.
  13. Georges Snyders, Le gai savoir, une pédagogie pour réconcilier les "grandes œuvres" avec la vie des jeunes, article paru en page "idées", L'Humanité, 6 novembre 1986.
  14. Cf Le Monde, carnet, septembre 2011, faire-part familial et faire part universitaire

Annexes

Bibliographie

Liens externes