Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2019). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Michel Mitrani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Michel Mitrani est un réalisateur, scénariste, documentariste et acteur français, né à Varna en Bulgarie le et mort le à Paris.

Biographie

Michel Mitrani est né le à Varna (Bulgarie)[1].

Sa famille, juive sépharade, a fui l'Espagne en 1492. Ses parents s'installent en France vers 1930. Durant la Seconde Guerre mondiale, il vit caché dans un pensionnat en Touraine. Sa mère est déportée et tuée à Auschwitz[2].

Diplômé de l'IDHEC en même temps que Louis Malle et Alain Cavalier, il devient assistant metteur en scène. En 1958, il seconde Agnès Varda pour Du côté de la côte.

À partir de cette date, il réalise pour la télévision, dans le cadre de la grande émission d’information Cinq colonnes à la une[1], une vingtaine de sujets dont le célèbre Qu’en pense Alger ? diffusé en 1960. Sa collaboration à l'émission s'étale de 1959 à 1965. Parallèlement, il commence, en 1962, des adaptations pour le petit écran d'œuvres de Samuel Beckett, Jean-Paul Sartre, Marguerite Duras ou Eugène Ionesco. Il réalise aussi des courts-métrages comme L'Atelier de Vieira da Silva (1968).

En 1966, il met en scène son premier long métrage, une comédie dramatique, La Conversation (d'après la pièce de théâtre de Claude Mauriac), avec Michael Lonsdale, Loleh Bellon et Guy Tréjan. Suivront, en 1970, La Nuit bulgare, sujet original et difficile aux confins du fantastique, puis, en 1971, La Cavale, adaptation fidèle du roman d’Albertine Sarrazin, avec Jean-Claude Bouillon, Juliet Berto, Catherine Rouvel, Geneviève Page, Miou-Miou.

En 1974, sa notoriété s'établit avec Les Guichets du Louvre, une sobre histoire d'amour sous l’Occupation qu'il tourne avec Christine Pascal, Christian Rist et Judith Magre. Sa dernière réalisation marquante au cinéma sera, en 1979 et avec le même titre, l'adaptation du roman de Julien Gracq Un balcon en forêt[1] avec dans les principaux rôles Humbert Balsan, Aïna Walle, Yves Afonso et Jacques Villeret.

Il fait aussi l'acteur comme dans Le Plein de super d'Alain Cavalier en 1975 et réalise encore des œuvres pour la télévision comme Par ordre du Roy en 1983, Monsieur de Pourceaugnac, adapté d’après Molière, en 1985, ou L'Invité clandestin en 1990.

Michel Mitrani s'est aussi engagé pour défendre la création télévisuelle. Il fonde le Festival international de programmes audiovisuels documentaires de Biarritz (FIPA) en 1987[1] et le préside jusqu'à sa mort.

Filmographie

Télévision

Réalisateur

Cinéma

Réalisateur

Assistant réalisateur

Publications

Notes et références