Tony Gryn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
HolonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Nathanel Tony Gryn dit Tony Gryn (né le ou 1921 à Lublin en Pologne et mort le à Holon en Israël) est un résistant juif français d'origine polonaise, journaliste de la presse yiddish à Paris, ambassadeur d'Israël au Niger puis au Rwanda.

Biographie

Nathanel dit "Tony" Gryn naît le [1] à Lublin en Pologne. Ses parents, des Juifs polonais, émigrent en France alors qu'il est enfant[2]. Naturalisé français, il est étudiant à Paris au moment de l'occupation allemande.

Seconde Guerre mondiale

Le , Tony Gryn est arrêté pour tentative de démoralisation de l'armée allemande. Il est condamné à un an de prison par un tribunal allemand. Libéré en aout 1941, il reprend ses activités de résistant[2]. En février 1942, il rejoint la zone libre pour intégrer le MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) à Lyon puis à Grenoble. En juillet 1942, sa mère restée en région parisienne est déportée à Auschwitz où elle meurt[3].

Fin , inquiet de la détérioration de la situation en zone italienne Simon Lévitte lui demande d'organiser le passage en Suisse des enfants juifs des Home de Saint-Gervais et Megève. [4]. Il réunit autour de lui un groupe d'une dizaine de personnes dont Mila Racine, Roland Epstein, Maurice Maidenberg, Frida Wattenberg ainsi que Rolande Birgy assistance sociale au réseau Garel, groupe qui prend tous les risques pour amener les enfants en Suisse[5]. Après l'arrestation de Mila Racine et de Roland Epstein, en , Tony Gryn doit se replier à Paris. Il est chargé par Simon Lévitte de trouver des caches dans la zone Nord. Il fonde avec Lucien Rubel de la Sixième-EIF, le Service social des jeunes (SSJ) et ils créent ensemble un laboratoire de faux papiers aussi bien pour la résistance générale que pour les Juifs. La situation semblant dorénavant plus sûre en zone Nord qu'en zone Sud, il organise le transfert de Juifs de la zone Sud vers la zone Nord[2]. Membre de l'Organisation Juive de Combat (OJC), il forme avec d'autres camarades un corps franc. qui exécute différentes actions militaires en commun avec les FFI (Forces françaises de l'intérieur) après le débarquement en juin 1944. Il participe à la libération de Paris et entre même avec la colonne du général Leclerc dans la capitale[6]. Il fait partie du groupe de l'Organisation Juive de Combat (OJC) qui participe à l'ouverture du camp de Drancy[2].

Après la guerre

Après la Seconde Guerre mondiale, Tony Gryn devient rédacteur en chef du quotidien français de langue yiddish Unzer Wort ("Notre Parole"), journal qui existe de 1944 à 1996[7]. De 1960 à 1971, il est le fondateur et rédacteur en chef du quotidien l'Information d'Israël[1]. Il devient Ambassadeur d'Israël au Niger en 1972 et au Rwanda en 1973[1]. De 1974 à 1978, il est correspondant de l'Agence juive en France[1].

Tony Green épouse Charlotte (Lotty) Haussmann. Ils ont 2 enfants.

Distinctions

Tony Gryn est nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur[1]et reçoit la médaille de la Libération en 1957[1]. Il est cité à l'ordre des Forces françaises de l'intérieur en 1944[1]

Il est membre du Comité d'action de la Résistance[1]

Publication

Notes et références

  1. a b c d e f g h et i Nathanel Tony Gryn (1920-1989). data.bnf.fr.
  2. a b c et d Ruth Fivaz-Silbermann, La fuite en Suisse - Les juifs à la frontière franco-suisse durant les années de la "Solution finale". Itinéraires, stratégies, accueil et refoulement, Calmann-Lévy/Mémorial de la Shoah, (lire en ligne).
  3. Voir, Klarsfeld, 2012.
  4. Odile Munos-du Peloux, Passer en Suisse: Les passages clandestins entre la Haute-Savoie et la Suisse, 1940-1944, Presses universitaires de Grenoble, 2002, p 44
  5. Ruth Fivaz-Silbermann, « Filières de passage de la France vers la Suisse », Revue d’Histoire de la Shoah, no 203,‎ , p.21-50 (DOI 10.3917/rhsho.203.0021, lire en ligne).
  6. Anny Latour, La résistance juive en France: 1940-1944, Stock, 1970
  7. NICOLAS WEILL. Le dernier quotidien yiddish ferme ses portes à Paris. lemonde.fr. 26 juin 1996.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes