Joseph Wiener
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion

Joseph Wiener (, Mommenheim - 1943, Auschwitz) est un grand-rabbin français, grand-rabbin de Belgique, déporté de France durant la Seconde Guerre mondiale et mort à Auschwitz.

Biographie

Joseph Wiener est né le à Mommenheim, en Alsace, la ville natale de Zadoc Kahn.

Il suit les cours du Talmud Torah, puis du Lycée impérial de Colmar puis fait des études supérieures de philosophie et de langues orientales à Strasbourg, où il défend en 1895 une thèse de doctorat en philosophie et lettres sur le thème Maïmonides Commentar zum Tractat Aboda Zara, puis à Berlin.

À Breslau, il suit l’enseignement du séminaire rabbinique le plus réputé d’Europe centrale. Ordonné rabbin, diplômé grand-rabbin en 1896 après avoir présenté une étude sur la question des dogmes au sein du judaïsme, il débute dans la carrière rabbinique à Durmenach, en Alsace, de 1896 à 1899, puis à Phalsbourg, en Lorraine (1899—1903)[1].

Le , il fait l'éloge funéraire de Théodore Herzl[2]qui est mort quelques jours auparavant, soit le .

De 1904 à 1931, Joseph Wiener est le rabbin de la principale communauté d'Anvers, en Belgique. En 1932, il est le secrétaire général du Consistoire central des israélites de Belgique (CCIB). Il devient grand-rabbin de Belgique[3].

Pour lui conserver son autorité face à la concurrence orthodoxe, le Consistoire central israélite de Belgique lui décerne le titre honorifique de rabbin-doyen d’Anvers. Il est également aumônier de prisons et établissements de bienfaisance de l’État de 1904 à 1940. Correspondant de l’Alliance israélite universelle depuis son poste de Phalsbourg, il continue à œuvrer en faveur de celle-ci à Anvers, y devenant vice-président du comité local de l’Alliance en 1905. Joseph Wiener prend, durant la Première Guerre mondiale, l’initiative d’organiser le Comité de secours aux prisonniers de guerre alliés, malades et hospitalisés à la Caserne Saint-Georges d’Anvers (1917)[1].

Il est également président d’honneur de l’Orphelinat israélite d’Anvers (1931-1934). Il est nommé grand-rabbin de Belgique en mars 1931, fonction qu’il exerce jusqu’en 1940[1].

Ayant quitté la Belgique pour la France après l’invasion allemande, il est arrêté à Nice[1] et déporté de France par le convoi no 60[4], en date du de la gare de Bobigny vers Auschwitz[5],[6], son épouse, Hermance[7] ou Hermanne[8] Lehmann, née le , à Obernai, est déportée dans le même convoi, ils sont tous les deux assassinés.

Notes et références

  1. a b c et d Abrégé de Jean-Philippe Schreiber, « Dictionnaire biographique des Juifs de Belgique. Figures du judaïsme belge XIXe-XXe siècles - Joseph Wiener », sur fmc-seh.be, De Boeck & Larcier, 2002 (consulté le ), p. 362-363.
  2. Voir, Mikhman, 1998, p. 44.
  3. Voir, Mikhman, 1998, p. 53.
  4. Voir, Klarsfeld, 1978.
  5. Voir, Site de la commune de Mommenheim
  6. Le convoi arrive le 13 octobre 1943 à Auschwitz
  7. Voir, Déportés du Bas-Rhin.
  8. Voir, Klarsfeld, 1978

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens connexes